La Place de l'europe - un sujet qui fâche

Publié le

ancienne page

Avertissement : cette page est faite avec les élements en ma possession. Si vous avez des commentaires, des critiques, des correctifs, merci de poster vos commentaires sur le fil place de l'europe http://www.monversaillesforum.com/article-16617946.html  ou de m'adresser mail et/ou PJ à cdk@monversaillesforum.com  je procéderai aux corrections dans les meilleurs délais.

Avertissement  : allez ICI pour poster vos commentaires éventuels sur cette page


Alors, voilà, il était une fois la place de l'Europe, à Versailles, propriété de l'Etat (je cite dans ce début d'article les déclarations d'Etienne Pinte dans les Nouvelles de Versailles du 13 février 2008), qui voulait en faire une cité administrative, on est là en 1995, et c'est le préfet de l'époque, un certain Claude Erignac, qui l'annonce au Maire, deux mois après son élection.

Voulant à juste titre éviter cela, le Maire s'en émeut auprès du préfet, qui lui indique qu'il allait alors falloir trouver des locaux pour les personnels que l'Etat avait imaginé loger en ces lieux.

Ce qui fut fait. Il n'y a là rien à dire. Merci Monsieur le Maire.

Ensuite, tel que les nouvelles de Versailles l'exprime (mais c'est peut-être une interprétation journalistique) on comprend moins, car, je cite le journal (c'est Etienne Pinte qui parle) :
"Avec l'architecte des bâtiments de France, nous nous sommes mis alors en relation pour que ce terrain en secteur sauvegardé soit déclaré inconstructible pour au moins 30 ans".

Tel que c'est exprimé, on comprend donc que c'est le Maire qui a cherché à rendre ce terrain inconstructible.. 

L'intention était sans doute d'empêcher une opération de promotion immobilière à cet endroit, mais cela gelait aussi une action municipale d'intérêt général. Il est vrai qu'à l'époque la municipalité n'envisageait sans doute pas d'y faire grand chose.. 
 
Bref, la Mairie rachète ensuite ce terrain, avec une clause qui la ligote elle-même. La délibération passe en Conseil Municipal en septembre 2004 (9 ans après la première discussion entre le Maire et le Préfet..).  

Une autre rédaction de la clause de pénalité eût clairement été préférable. On a au moins manqué là d'un peu de clairvoyance et d'anticipation, et figé la situation pour 30 ans ce qui est quand même bien long.. 

Etienne Pinte indique ensuite que l'état s'est réservé "un droit de suite de 13M€", ces fameux 13M€ cité par son bras droit Bertrand Devys lors de la réunion débat de l'AFC. Et il indique même, d'après les nouvelles de Versailles, que le premier coup de pioche coûteraît 13M€. (Etienne fait même le calcul en francs, 100MF, pour ceux qui auraient mal compris, en passant d'ailleurs il arrondit 85MF à 100MF, mais on n'est plus à çà près).

Après avoir écouté Etienne et Bertrand, allons maintenant voir ce qu'en pense François.

Je cite là un passage de sa réplique :

Le protocole de vente précise, je cite, que : « l’acquéreur devra verser à l’Etat un complément de prix correspondant à la surface de planchers hors œuvre égale à 1100€ par mètre carré, indexé sur l’indice INSEE du coût de la construction (soit 1 400 € en 2008)". Le projet de notre liste est la construction d’une salle de spectacle de 400 places (un équipement qui suivant le programme pourrait tourner autour de 1 500 mètres carrés), le reste serait un jardin et n’entrerait pas dans l’assiette du calcul de ce complément à verser à l’Etat.

Pour ceux qui douteraient de cette superficie et qui seraient tentés, comme mon confère MonVersailles, emporté par un irrésistible enthousiasme devyséen, d'imaginer des surfaces de l'ordre de 12000m2, j'indique ci-après qq liens qui permettront aux uns et aux autres de se faire une idée du rapport entre surface d'une salle et capacité. De ce petit échantillon j'ai conclu qu'il fallait entre 1 et 2m2 par personne pour la salle, et qu'ensuite, il y a les accès, annexes, coulisses, .. et donc pour 400 personnes, une fourchette de 1000 à 1500m2 paraît bien réaliste.

http://www.abcsalles.com/fiche_salles.aspx?o=&k=&n=344&menu=6&iddem=1769796
http://www.abcsalles.com/fiche_salles.aspx?o=&k=&n=5099&menu=6&iddem=1769796
http://www.abcsalles.com/fiche_salles.aspx?o=&k=&n=353&menu=6&iddem=
http://www.abcsalles.com/fiche_salles.aspx?o=&k=&n=5576&menu=6&iddem=1769796
http://www.abcsalles.com/fiche_salles.aspx?o=&k=&n=10601&menu=6&iddem=1769796
http://www.abcsalles.com/fiche_salles.aspx?o=&k=&n=10929&menu=6&iddem=1769796

Si ce que François de Mazières avance est juste, la pénalité serait donc de 1.5 à 2M€ selon la taille de la salle.

On est loin des 13M€ avancés par ailleurs.

Et comme cette pénalité était (normalement) destinée à éviter une opération immobilière, il y a fort à parier effectivement qu'elle puisse être discutée avec l'Etat, et négociée à la baisse, pour un projet de salle de spectacle tel que prévu par François de Mazières.
 
Il apparaît donc qu'il est possible, dans ces termes,  de construire une salle de spectacle à cet endroit, contrairement à ce qui a pu être indiqué, et que le coût ne serait donc pas du niveau exorbitant exhibé par d'aucuns.

Je reproduis ci-après in extenso la réponse de François de Mazières à l'accusation de mensonge à son encontre porté par Bertrand Devys, tel qu'il est reporté par les Nouvelles de Versailles du 13 février,  ainsi que la description du projet qu'il fait sur son site, avec les deux liens y afférents, car j'aime citer mes sources :

http://versailles2008.hautetfort.com/archive/2008/02/13/halte-a-la-difamation.html


 http://versailles2008.hautetfort.com/list/mon_projet_pour_versailles/salle_de_spectacle.pdf


mercredi, 13 février 2008
HALTE A LA DIFFAMATION !
La réunion organisée par les Associations de Familles Catholiques lundi soir avec trois candidats aux élections municipales a permis aux participants de découvrir nos projets. Que les AFC en soient remerciées.
 
Elle a montré également l’attitude polémique de mes deux adversaires. Le nombreux public a pu constater que j’ai été le seul à respecter mes concurrents et à ne pas polémiquer.
 
Mais face à des attaques mensongères et basses, il faut bien se défendre.
 
Je tiens d’abord à souligner combien je suis choqué de la manière dont Bertrand Devys a attaqué notre projet de salle de spectacle derrière les grandes écuries. Il a en effet brandi un document en affirmant que le terrain à l’arrière des grandes écuries n’était pas constructible sauf à payer 13 M€ à l’Etat, une somme énorme, qui sur le moment a légitimement provoqué un moment de réprobation du public. Cette information est fausse. Le protocole de vente précise, je cite, que : « l’acquéreur devra verser à l’Etat un complément de prix correspondant à la surface de planchers hors œuvre égale à 1100€ par mètre carré, indexé sur l’indice INSEE du coût de la construction (soit 1 400 € en 2008)". Le projet de notre liste est la construction d’une salle de spectacle de 400 places (un équipement qui suivant le programme pourrait tourner autour de 1 500 mètres carrés), le reste serait un jardin et n’entrerait pas dans l’assiette du calcul de ce complément à verser à l’Etat.
 
Le plus choquant dans cette affaire est que le journaliste des Nouvelles de Versailles m’a appelé dans la journée de lundi en disposant de documents, dont certains confidentiels que je ne pouvais personnellement détenir, venaient de la mairie pour l’inciter à croire ces contre-vérités. De tels procédés en disent long sur la volonté de dénigrement systématique et l’utilisation du personnel de la ville pour un candidat. Elles sont pour moi, au service de l’Etat depuis 20 ans, contraires au sens du service public et de la morale la plus élémentaire.
 
Faisant écho de cette polémique, les Nouvelles de Versailles placardées dans toute la Ville titrent en première page : « Devys accuse Mazières de mensonge », le gros titre de l’article en page 17 citant Devys entre guillemets «  Une salle de spectacle parking de l’Europe ? Impossible ! ».
 
Soyons clairs : non seulement, ce terrain peut faire l’objet de construction et le mot d’impossible est, lui, effectivement un mensonge de la part de Bertrand Devys - comme peuvent le confirmer les services de l’Etat compétents - mais la somme à débourser pour notre salle serait, si on applique le protocole de vente de 2004, de l’ordre de 1,5 à 2 M€. Mieux encore, s’agissant d’un accord conventionnel avec l’Etat destiné à préserver le site d’opérations immobilières, j’engagerai immédiatement, si je suis élu maire, une nouvelle négociation pour obtenir une baisse de ce montant, justifiée par le fait que nous construirons un équipement public sans vocation commerciale.
 
Je ne doute pas que les journalistes des Nouvelles de Versailles soient suffisamment professionnels pour, dès la semaine prochaine, me donner la parole dans les mêmes conditions de visibilité et qu’ils rétablissent, après enquête, la vérité.
 
Tant d’attaques médiocres détournent malheureusement les électeurs des vrais sujets d’avenir pour Versailles.
Revenons au débat de fond, le seul intéressant, celui qui sous-tend ma démarche. Je crois profondément que Versailles a un potentiel extraordinaire qui doit être mieux mis en valeur. Je fais confiance aux Versaillais pour ne pas être dupes de ces manœuvres de campagne et pour choisir la voie d’un vrai changement, respectueux des personnes.

 


 

POURQUOI UNE SALLE DE SPECTACLE AVENUE DE L’EUROPE ?

1) contexte

- le parking Europe doit impérativement être aménagé, c’est une verrue en centre-ville

- il y a un besoin d’animer le centre-ville (« trou noir » entre gare rive Gauche et place du marché)

- besoin à Versailles d’une salle pour spectacles, théâtre, accueil des associations. Montansier, les salles municipales existantes ou le palais des congrès ne sont pas adaptés.

2) Description du projet

Il se compose de trois éléments :

- l’élément central est une salle de spectacle polyvalente et de grande capacité capable d’accueillir des spectacles (notamment pour les jeunes), du théâtre, des activités associatives.

Cette salle serait confiée par concours à un architecte pour s’intégrer dans le cadre architectural de Versailles tout en en faisant un lieu moderne.

- il est associé à des éléments destinés à animer le centre-ville et en faire un lieu de vie, même nocturne : restaurant ; café ; commerces culturels.

- il s’intègre dans un projet plus vaste de revitalisation du triangle avenue de Paris/avenue de Saint Cloud qui comprend également la réhabilitation du bâtiment de la poste (elle quitte de toute façon les lieux) pour en faire une pépinière accueillant de jeunes entreprises versaillaises, valorisant le cadre et l’emplacement.

3) Eléments de réponse à la contradiction

-ce projet est inutile, il ne répond pas à un besoin : Versailles n’a ni grande salle de spectacle, ni lieu pour accueillir décemment son riche tissu associatif. C’est d’abordun lieu pour les Versaillais.

- le projet est impossible, le parking n’est pas constructible : faux, le PLU prévoit bien que le site est constructible, moyennant quelques contraintes liées à la proximité du château. D’ailleurs, le site a été acheté par la précédente municipalité, à un prix très élevé, en tant que terrain constructible. Si ce n’était pas le cas, l’ancien adjoint aux finances (B.Devys) aurait laissé passer un grave préjudice pour la commune !

-ce projet va implanter un bâtiment moderne dans un cadre historique : oui, bâtiment moderne car confié à un architecte contemporain. Pour autant, il intégrera les contraintes du secteur sauvegardé, préservera la verdure indispensable à cet endroit, et mettra en valeur la façade arrière des Ecuries. En tout état de cause, il est indispensable de ne pas laisser ce lieu dans son état de friche urbaine actuelle

Publié dans Municipales 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :