Drôle de bilan ..

Publié le par monversaillesforum

C'est le commentaire que je me suis fait en regardant le papier mis en ligne sur le site Devys sur la fiscalité.

Je crois en savoir d'ailleurs l'origine, puisque Monsieur Gérard Mezzadri m'a parlé dimanche dernier d'une étude tout à fait semblable qu'il avait faite.. (lui-même tout seul, ni les services financiers de la Mairie, ni l'adjoint aux finances.. ), je l'ai d'ailleurs écrit dans l'article
Ballade au Marché ND , en soulignant que comme nous n'avions pas regardé la même période de temps le dialogue était difficile.

Or c'est là essentiellement que le bât blesse. 
Pourquoi une étude sur 1995/2005 ? 
Pourquoi pas sur 1977/2007, 30 ans c'est mieux ! (1977 : première élection de Bertrand Devys comme conseiller municipal de Versailles..)

Plus sérieusement le mandat municipal est de 6 ans (voire de 7 cette fois-ci) pas de 12. 

L'appréciation du mandat 1995/2001 fût discuté lors des dernières élections, en 2001, à la manière d'un quittus ou d'une approbation des comptes pour une association ou une entreprise. 

Imagine-t-on un président d'association ou de société indiquer à son assemblé générale de membres ou d'actionnaires que le dernier exercice fût mauvais, mais qu'il demande à ce qu'on le juge en fonction de la moyenne de ce mauvais exercice et du meilleur qui a précédé ?

Moi qui travaille dans une grosse société cotée en Bourse, si mon Président allait en AG en disant, "désolé, pas de dividende cette année-ci, mais souvenez-vous du dividende de l'année dernière" , ce serait un massacre instantané sur le cours de l'action.. et mon Président aurait du souci à se faire pour son fauteuil !
 
Et ce d'autant qu'ici les exercices sont de 6 années chacun  !!

Voilà pourquoi malheureusement ce bilan ne sert pas à grand chose, car ce que les électeurs Versaillais jugent aujourd'hui c'est la façon dont l'équipe à qui ils ont confié les clés de la Mairie en 2001 l'a gérée durant le mandat qui vient de s'écouler.

Et donc je ne retire rien au fait que les taux aient augmenté de 24% de 2001 à 2007, que le poids de l'impôt ait augmenté de 35% durant cette période, et que rien de tout cela n'avait été annoncé aux Versaillais au préalable.

Et même d'une certaine façon la stabilité des taux d'imposition durant le mandat 1995/2001 a donné à 
penser aux Versaillais que cela allait continuer dans le mandat suivant.

Ils ont donc voté en 2001 pour une équipe qui avait maintenu une fiscalité raisonnable, à charge pour elle de continuer.

Ce qu'elle n'a pas fait.

Pourquoi ?

Je ne sais pas. Ce n'était pas vraiment la même équipe, c'était le deuxième mandat de Maire d'Etienne Pinte qui s'enhardit ? et qui , contrôlant mieux ses gens, décide d'aller plus loin, de frapper plus fort ?? ..
J'ignore pourquoi, mais la politique a changé.

Et c'est cette politique là qu'il nous est donné aujourd'hui d'apprécier, ainsi que le risque de la voir se répéter dans le mandat à venir.

Je ne vais donc pas me lancer dans une critique des chiffres annoncés, puisqu'ils n'infirment en rien les miens, qui restent parfaitement fondés et qui sont parfaitement vérifiables à partir de sources d'information que tout internaute peut consulter.

D'ailleurs j'aurai sans doute du mal à établir une critique car les chiffres qui permettent d'établir ce bilan ne sont pour moi pas accessibles, non plus que pour le grand public. Et donc je ne peux en vérifier sinon l'exactitude du moins le bien fondé du calcul. 

Je me permettrais quand même une remarque. 
Dans mes études j'ai toujours comparé Versailles aux villes de sa strate de population, c'est d'ailleurs la méthode utilisée par le cabinet sollicité par le Point. 
Or le site de Devys tantôt utilise cette comparaison quand il prend les taux d'imposition, tantôt il en prend une autre quand on calcule le poids de l'impôt par habitant, puisque là d'un seul coup on prend  les villes d'ile de France.
Pourquoi cela ?
Tout simplement parce qu'en prenant les villes de la même strate de population que Versailles, la comparaison devient moins avantageuse.

En effet, je répète ici que la pression fiscale des ménages à Versailles (TH+FB) est de 428€/habitant contre 338€/habitant pour les villes de la même strate.


C'est vérifiable, j'ai cité mes sources, avec des liens internet pleins mes articles, ce qui fait bien défaut au bilan présenté par le site Devys.

J'ajoute enfin que l'article est particulièrement muet sur le sort réservé dans ce mandat aux impôts sur les entreprises, alors que le développement économique est partout chanté.

Publié dans Municipales 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article