Sondage : avertissement au lecteur

Publié le par monversaillesforum

Le sondage sur les intentions de vote du premier tour un peu plus bas sur cette page est sytématiquement bidonné par des partisans de Bertrand Devys, qui ont trouvé le moyen d'envoyer une centaine de votes en quelques minutes. Pour donner le change il font aussi voter pour Henry de Lesquen (en fait, çà les arrangerait, un bon vote Lesquen, pas dangereux celui-là..). La preuve en est que leur chéri arrive toujours en tête..
Alors je rétablis l'équilibre.. mais l'ensemble n'est pas représentatif.
Que cela ne vous empêche pas de vous exprimer, sur ce sondage, et les autres, qui sont moins pollués (du moins à cette heure.. )
Quant à ceux qui craignent le verdict des urnes, il serait juste que celles-ci prennent leur revanche sur ceux-là.

Publié dans Municipales 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Merci beaucoup, je ne savais pas comment vous envoyer l'info autrement que sous forme de commentaire ! En effet c'est important d'en parler et d'avertir les électeurs de ce qu'il y a vraiment sous la campagne de Mr Devys.<br /> <br /> Surtout que j'apprends à l'instant que son équipe a loué une boite de nuit pour faire une soirée avec les jeunes le 22 février prochain. Refuser un débat pour organiser une grosse teuf, avouons-le, c'est vraiment prendre les jeunes pour des c... ! Pas grave, de notre côté nous serons respectueux pour deux !
Répondre
M
pour publier votre "article" j'attends un peu que l'orage "Capital" passe..
P
Christian peux tu publier une note avec ce lien,témoignage pitoyable de la vrai personalité de M.PINTE.Merci.Philippe<br /> http://www.capital.fr/actualite/Default.asp?indiscretion=1&numero=67390&Cat=IND
Répondre
M
nihil obstatL'auteur de ce post m'a indiqué ce jour, par un mail en date du 16 février, 13h24 qu'il retirait son commentaire compte tenu du démenti apporté par Etienne Pinte.pour faire et valoir ce que de droit.
F
Vendredi, 15 février 2008<br /> <br /> Refus de débattre.<br /> <br /> La campagne des municipales bat son plein, mais les jeunes versaillais ne se sentent pas tous concernés et impliqués. C'est la raison qui m'a poussé à proposer à Louis de Raguenel, colistier de Bertrand Devys et ami depuis longtemps, d'organiser un débat entre nous, les jeunes colistiers des listes concurrentes, à la fois franc et sérieux sur le fond, amical et détendu sur la forme. Un tel débat aurait certainement passionné les jeunes ; il leur aurait permis de mieux connaître ceux qui se proposent de les représenter dans la prochaine équipe municipale. Enfin, j'espérais beaucoup une telle rencontre, parce qu'elle aurait été l'occasion de montrer que la jeune génération est capable de s'investir en politique avec autant de détermination que de sérénité, autant de dynamisme que d'ouverture d'esprit<br /> <br /> Incroyable mais vrai, cette occasion nous a été refusée. Les responsables de la campagne de Mr Devys ont explicitement interdit aux jeunes de leur liste de participer à un débat. Une telle réaction montre bien la manière dont Mr Devys et son équipe considèrent vraiment les jeunes... S'ils ne font à ce point aucune confiance à ceux qu'ils ont pourtant choisis pour faire partie de leur équipe, quelle importance pourra bien avoir la parole des jeunes dans le Versailles de Mr Devys ? Si ce dernier craint de laisser s'exprimer ses propres partisans, quelle rôle accordera-t-il à son hypothétique "Conseil municipal des jeunes" ?<br /> <br /> Puisqu'ils sont à ce point écartés des choses sérieuses, il faut donc constater que les jeunes qui figurent sur la liste de Mr Devys n'y sont bien que... pour la figuration. Je ne dénonce ici l'instrumentalisation dont ils sont victimes, et dont je les plains sincèrement, que pour permettre aux jeunes versaillais d'être lucides sur la confiance que de tels politiciens leur accordent réellement.<br /> <br /> De manière plus générale, ce triste épisode dénote bien une certaine ambiance d'équipe. A quoi sert une liste, si on ne fait même pas confiance à ceux qu'on a soi-même choisis pour porter un projet normalement élaboré et discuté en commun ? L'ambiance de méfiance et de crainte, l'extrême centralisation et la peur du dialogue qui semblent caractériser l'équipe de Mr Devys laissent prévoir de très sérieuses difficultés, en cas d'élection, pour Versailles et les Versaillais !<br /> <br /> De mon côté, il m'avait suffi de parler de ce projet de débat avec l'équipe de François de Mazières pour recevoir un total encouragement. Nous sommes donc toujours disponibles pour l'organiser, si l'équipe de Mr Devys accordait libéralement le droit de s'exprimer aux jeunes qu'elle présente à ces élections... La campagne est le temps du dialogue et de l'échange, et nous nous y prêterions avec joie !<br /> <br /> Ce refus de débattre totalement inattendu nous aura du moins appris la chance que nous avions de faire partie d'une équipe soudée, profondément enthousiaste et très ouverte, et de travailler avec un candidat qui nous fait confiance et compte sur nous. Quoi qu'il arrive, nous continuerons donc de parler avec toute la liberté et l'audace de la jeunesse, parce que, au fond, c'est cette liberté et cette audace que nous voulons rendre à Versailles !<br /> <br /> François-Xavier Bellamy
Répondre
M
Je crois que le refus de la part de Bertrand Devys procède aussi de la crainte actuelle qu'a cette liste de donner de la crédibilité à son principal concurrent.J'ai par ailleurs aussi le sentiment que votre équipe est très soudée, et qu'on n'y regarde pas le petit bouton de guêtre, cela ne m'étonne donc pas du tout que François vous ai dit ok (et puis vous êtes les challengers..). Apparemment c'est sensiblement plus crispé du côté de votre concurrent. Il faut les comprendre, ils se voyaient facilement succéder à l'équipe en place, à travers les habituels petits accomodements politiques, et voilà que vous remettez tout en cause.Je vous souhaite bonne chance, c'est bien de savoir s'engager.Par ailleurs je vais me permettre de faire paraître votre commentaire en clair sur ce blog.